Monorailcat

iSCSI

icon 19/07/2016 - Comments are closed

Depuis un moment, j'ai réussi a me débarasser de mes disquettes de boot en démarrant par le réseau avec PXE (voir les articles concernant PXE).

Il est même possible de se passer entièrement de disque dur avec Linux et NFS, mais ce n'est possible qu'avec quelques systèmes basés sur UNIX.
Pour utiliser DOS avec un système plus gros qu'une disquette, ou même Windows sans disque-dur, c'est une autre histoire puisqu'ils ne sont installables que sur un disque-dur visible par le bios.

Serveur/Target
On va installer le service iscsitarget et le module noyau iscsitarget-dkms

On ajoute les images (ou disques physiques/RAID) à partager dans le fichier /etc/iet/ietd.conf en respecant les noms "iSCSI Qualified Name" :
Target iqn.2007-01.org.exacnet:foobar.1
IncomingUser
OutgoingUser
Lun 0 Path=/media/stuff/iscsi/foobar,Type=fileio
Alias foobar

Ici, le disque iqn.2007-01.org.exacnet:foobar.1 est relié au fichier /media/iscsi/foobar, qui est une image de disque (crée avec la commande dd).

Une fois le fichier mis à jour, il faut redémarrer le daemon iscsitarget :
# /etc/init.d/iscsitarget restart
[ ok ] Restarting iscsitarget (via systemctl): iscsitarget.service.


On peut aussi afficher la liste des disques partagés :
# cat /proc/net/iet/session
tid:1 name:iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1
sid:17796167515963456 initiator:iqn.2001-01.org.exacnet:foobar
cid:0 ip:192.168.3.100 state:active hd:none dd:none


La commande ietadm permet d'administrer le service iSCSI de façon non-persistante, et il est aussi possible de sécuriser iSCSI (simple authentification, les données passent toujours en clair).


Client/Initiator (Linux)
Le package open-iscsi fournit les commandes nécessaires pour utiliser un client iSCSI.

On commence par "découvrir" les machines du réseau qui utilisent le protocole iSCSI :
# iscsiadm --mode discovery
localhost:3260 via sendtargets
192.168.3.3:3260 via sendtargets


On va vérifier les disques accessibles sur la machine 192.168.3.3 :
# iscsiadm --mode discovery -t sendtargets -p 192.168.3.3
192.168.3.3:3260,1 iqn.2001-01.org.exacnet:foo
192.168.3.3:3260,1 iqn.2001-01.org.exacnet:bar
192.168.3.3:3260,1 iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1

La commande iscsiadm -m node permet aussi de lister tous les disques accessibles, peu importe sur quelle machine.

On peut ensuite choisir un disque et l'attacher à la machine :
# iscsiadm -m node --targetname "iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1" --login
Logging in to [iface: default, target: iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1, portal: 192.168.3.3,3260] (multiple)
Login to [iface: default, target: iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1, portal: 192.168.3.4,3260] successful.


L'attachement est effectué avec succès, mais il faut connaître le nom de périphérique qu'a attribué le système au disque :
# dmesg |tail -n 20
scsi20 : iSCSI Initiator over TCP/IP
scsi 20:0:0:0: Direct-Access IET VIRTUAL-DISK 0 PQ: 0 ANSI: 4
sd 20:0:0:0: Attached scsi generic sg2 type 0
sd 20:0:0:0: [sdb] 409600 512-byte logical blocks: (209 MB/200 MiB)
sd 20:0:0:0: [sdb] Write Protect is off
sd 20:0:0:0: [sdb] Mode Sense: 77 00 00 08
sd 20:0:0:0: [sdb] Write cache: disabled, read cache: enabled, doesn't support DPO or FUA
sdb: sdb1
sd 20:0:0:0: [sdb] Attached SCSI disk


On peut ensuite monter le disque et l'utiliser comme s'il s'agissait d'un disque local :
# mount /dev/sdb1 /mnt/

Une fois l'utilisation terminée, on peut détacher le disque :
# iscsiadm -m node --targetname "iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1" --logout
Logging out of session [sid: 3, target: iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1, portal: 192.168.3.3,3260]
Logout of [sid: 3, target: iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1, portal: 192.168.3.3,3260] successful.


Il est possible de faire plusieurs choses un peu bizarres comme du RAID, ou de monter le même disque (même iqn) à travers plusieurs adresses IP. C'est utile pour des systèmes tolérants aux pannes, mais inutile et compliqué pour un simple "bricolage".

Client/Initiator (PXE)
Pour un seul disque, il n'y a que 3 opérations à faire :
  1. Régler le nom du disque set initiator-iqn iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1
  2. "Accrocher" le disque iSCSI sanhook iscsi:192.168.3.3::::iqn.2001-01.org.exacnet:foobar.1
  3. booter : sanboot

En fait, les paramètres par défaut d'iPXE suffisent pour un seul disque. Si on veut en mettre plusieurs, il faut spécifier l'identifiant de chaque disque.
  1. set initiator-iqn iqn.2001-01.org.exacnet:foo
  2. sanhook --drive 0x80 iscsi:192.168.3.3::::iqn.2001-01.org.exacnet:foo
  3. sanhook --drive 0x81 iscsi:192.168.3.3::::iqn.2001-01.org.exacnet:bar
  4.  sanboot

Dans ce cas, les disques foo et bar seront attachés, et le sytème bootera sur le disque foo, et ça ne fonctionne pas sans donner l'IQN du premier disque.

Utilisation et Performances
On peut installer un système d'exploitation sur un disque iSCSI ou son image comme s'ils étaient des disques physiques.
DOS s'installe sans problème avec QEMU ou une machine physique ayant booté par PXE.

Avec mon serveur un peu ancien et peu performant (Intel Celeron 600MHz), le débit est entre 6.5 et 8Mio/s et les temps d'accès entre 2 et 10ms selon la charge du serveur (en ethernet 100Mbit/s).

Pour l'instant, je n'ai pas réussi à faire fonctionner Windows (j'ai testé les versions 3.1 et 98 sans succès) en bootant depuis un disque iSCSI, mais DOS et Linux fonctionnent sans problème.

Références

icon Tags de l'article : , , ,

RPL, PXE et carte réseau ISA

icon 07/11/2015 - Comments are closed

J'ai déjà essayé de démarrer des machines depuis le réseau, ça évite de s'embêter avec des disquettes peu fiables. Par contre je n'avais essayé que des cartes réseaux répandues sur un bus PCI et datant des années 2000. Pourquoi ne pas essayer une carte ISA datant des années 1990 ?

Choix de la carte réseau
J'ai une carte D-Link DE-220 et une 3Com 3c509 fonctionnelles qui trainent dans un carton plein de cartes ISA.

Après avoir lu leur documentation et fait quelques tests, les deux cartes se configurent sans jumpers, mais avec un programme DOS qui stocke leurs réglages (IO, IRQ, mode ISA PNP, activation de la ROM de boot) dans une eeprom.
La carte 3Com ne fonctionne qu'en mode "ISA PNP" (Plug'n'Play, mais plutôt Plug'n'Pray en pratique) sur ma machine, et ne propose pas de booter en mode ISA PNP.
La carte D-Link fonctionne en mode ISA (IRQ et IO imposés par la carte plutôt que par l'OS), accepte des ROMs de 8 ou 16Kio et des images de ROMs sont trouvables.

D-Link DE-220

Flash de la ROM
Une fois l'image DE224X.DAT choisie, elle a été flashée sur une EEPROM de 128Kio (SST 29EE010), flashée avec une carte-mère et montée sur un adaptateur bricolé.

ROM stack

Premiers tests
La machine boot, affiche un peu de texte, mais boucle indéfiniment en cherchant serveur RPL. Pas de PXE sur cette carte (le protocole PXE date de 1998 et ne rentre pas dans 16Kio).

Serveur RPL
Comme je ne suis pas le premier à vouloir utiliser RPL, un serveur libre existe (et est inclus dans quelques distributions de Linux).
Sa configuration est intuitive (adresse MAC, masques, chemin du fichier à charger). Il reste les adresses de chargement et d'execution qui ne sont pas intuitives et dépendent des images.

Dans mon cas, j'ai choisi l'image ne2k_isa.pxe d'iPXE, et testé les adresses de chargement et d'execution 0x1000 et 0x1006.
Comme la documentation de RPLD n'est pas très claire, les réglages d'adresses ont dû être faits à tâtons.

Boot de la machine
Le bios initialise la machine, charge la ROM contenue sur la carte réseau (INT19), et execute le programme RPL contenu dans la ROM.
Le programme RPL charge l'image PXE que lui donne le serveur RPL, et l'execute l'image.
Ensuite, iPXE détecte la carte réseau, demande une adresse IP avec DHCP, puis charge un OS via HTTP.

Tests
Je n'ai pas réussi à faire fonctionner PXE avec ma machine 486 (la machine redémarre ou se fige au chargement d'iPXE). Par contre, ça fonctionne sans problèmes avec un Pentium 2 ou avec Qemu émulant une machine 486.

Un Schrödingbug fait que la ROM de la carte réseau n'est pas lue dans certains cas, toujours en démarrant la machine "à froid", aucun problème en cas de reboot. En pratique, c'est lorsque le BIOS effectue trop vite son POST, la carte réseau n'a pas eu le temps d'initialiser la ROM.


Références

icon Tags de l'article : , , ,

iPXE

icon 15/10/2015 - Comments are closed

Cet article montrait comme mettre en place et utiliser gPXE : http://monorailc.at/cms/?d=2014/11/02/19/23/12-boot-pxe
Seulement, gPXE est un peu ancien et a été remplacé par iPXE, qui apporte des fonctionnalités en plus.

Mise a jour
On remplace le fichier undionly.kpxe situé sur le serveur par celui d'iPXE, et on modifie quelques lignes de la configuration du serveur DHCP.

dhcp-boot=undionly.kpxe
dhcp-userclass=iPXE-booted,"iPXE"
dhcp-boot=net:iPXE-booted,http://192.168.3.3/pxe/boot.gpxe


Jusque là, ça fonctionne de la même façon que gPXE.

Menus
L'intérêt est de pouvoir afficher un menu nativement (sans PXELinux), qui permet de booter plusieurs OS différents.
Pour cela, on va modifier le fichier boot.gpxe présent sur le serveur, et ajouter les images que l'on veut booter.

Le menu est au debut du fichier et commence par le mot clé menu, suivi d'un choix par ligne commençant par item, un label, puis le nom affiché à l'écran.

menu
item shell iPXE shell
item dsarge Debian Sarge NFS
item dsqueeze Debian Sqeeze NFS
item dos DOS
item memtest Memtest86+

choose --default dsqueeze --timeout 5000 target && goto ${target}

La dernière ligne donne le choix par défaut et l'action a faire une fois une option choisie.

Linux
Avec Linux, on peut charger directement un noyau et une initrd.
:dsqueeze
kernel http://192.168.3.3/pxe/vmlinuz-squeeze ip=:::::eth0:dhcp root=/dev/nfs nfsroot=192.168.3.3:/media/stuff/chroot/nfsroot/ panic=10 ro ipv6.disable=1
initrd http://192.168.3.3/pxe/initrd.img-squeeze
boot

La première ligne correspond au choix du menu, les deux suivantes chargent le noyau et son initrd, en leur passant des parametres, et la dernière ligne donne l'ordre de booter sur ce qui vient d'être chargé.

DOS
Le plus simple est d'utiliser une image de disquette ou de CD suffisament petite pour rentrer entièrement dans la mémoire de la machine.

:dos
kernel http://192.168.3.3/pxe/memdisk
initrd http://192.168.3.3/pxe/winb98.img
boot

Ce choix permet de charger une disquette de DOS et un bootloader émulant un lecteur de disquette.

:memtest
initrd http://192.168.3.3/pxe/memtest86.iso
chain http://192.168.3.3/pxe/memdisk iso raw
boot

Ce choix permet de charger une image ISO et un bootloader émulant un lecteur CD.

Exemple
J'ai filmé un PC sans disque bootant Debian par iPXE, sans autre périphérique bootable que sa carte réseau (avec un firmware gPXE chargé dans le BIOS).

Références/Liens

icon Tags de l'article : , , ,

Boot PXE

icon 02/11/2014 - Comments are closed

Il est possible de booter une machine sans disque dur, ni lecteur cd (ni même de clé usb).
Beaucoup de cartes réseaux (j'utilise des 3com 3C905CX) ont une EEPROM qui contient un chargeur de boot réseau.
Il y a donc plusieurs parties:
  • Serveur DHCP
  • Serveur TFTP
  • Image(s) PXE
  • Boot du noyau

Il faut d'abord configurer le serveur DHCP, pour qu'il donne les paramètres de boot à la machine qui va le lui demander. Pour l'instant, je n'ai pas réussi à configurer dnsmasq pour avoir un serveur tftp sur une autre machine que le serveur dhcp, alors j'ai adapté...
Comme le bootloader embarqué dans la carte va charger un autre bootloader (undionly.kpxe), qui lui, va charger le noyau, on va interroger le serveur DHCP deux fois. Ces deux accès sont distingués par le flag "userclass"

dhcp-boot=undionly.kpxe
dhcp-userclass=gPXE-booted,"gPXE"
dhcp-boot=net:gPXE-booted,http://192.168.3.3/pxe/boot.gpxe


dnsmasq est tellement bien fait qu'il a aussi un serveur tftp embarqué. Il suffit de rajouter les lignes suivantes dans le fichier /etc/dnsmasq.conf

enable-tftp
tftp-root=/tmp


Comme le routeur a peu de flash, j'ai mis la raçine du serveur tftp dans /tmp (tmpfs) pour éviter les problèmes. Mais il faut rajouter un script qui télécharge l'image au boot de la machine.
undionly.kpxe est une image de gPXE qui permet de booter sur n'importe quel protocole (même http).

Video du boot d'un PC depuis le réseau:

icon Tags de l'article : , , , ,