Monorailcat

Préampli : Projet

icon 06/04/2016 - No comments

Depuis plusieurs années, je voulais construire un préampli sur-mesure, qui convient à mes besoins.

Il est courant que j'utilise un PC ou un lecteur CD pour écouter de la musique, mais que je veux toujours avoir le son provenant d'un autre PC (notifications, bruitages de jeux), d'où l'intérêt du mixage entre plusieurs canaux, qu'aucun système grand-public ne propose.

Cahier des charges
Le but est d'avoir un système "tout en un", avec plusieurs sous-systèmes :
  • Mixeur 4 entrées stéréo
  • Sortie casque/enregistrement stéréo
  • Mixeur stéréo -> 2.1
  • Filtres ajustable
  • Contrôle par boutons poussoirs ou par roue codeuse (pas de potentiomètres)

Par contre il y a quelques contraintes à ajouter pour un système "fait maison" :
  • PCB simple face (ou avec peu de pistes sur la face top)
  • Boitiers de composants >0805 et >SOIC
  • Composants disponibles et abordables
  • Peu de câbles entre les modules
  • Boitier 455×350×44.5mm³ (rack 19")

Modules
Le préampli va être fait avec plusieurs cartes :
  • Alimentation
  • Préampli stéréo
  • Contrôle de volume stéréo
  • Préampli mono
  • Mixer 2.1
  • Filtre Sallen-Key mono
  • Contrôle I²C (micro-contrôleur)
  • Interface utilisateur, boutons/LEDs
Les cartes notées en bleu ont déjà été fabriquées et testées, celles en vertes sont en cours de montage, celles en orange ont été conçues et sont en attente de montage, et celles en rouge sont remplacées temporairement par un kit de développement de micro-contrôleur.

Fabrication
Certains modules (préampli stéréo, préampli mono, filtre, contrôle de volume) sont utilisés en plusieurs exemplaires, et donc il devient pertinent de faire graver un circuit imprimé de qualité professionelle.

Update : 05.2016
bare PCBs
cut PCBs

icon Tags de l'article : , , ,

Cage SCSI HP Proliant ML-350

icon 14/02/2016 - No comments

J'ai eu besoin d'utiliser une cage à disques SCA (Single Connector Attachment, 80-pins, pour des disques SCSI hot-plug).

La cage à disques vient d'un serveur HP Proliant ML350, permet de brancher 6 disques SCA avec un système de caddies propriétaires HP/Compaq, et se branche à une carte SCSI par un connecteur SCSI 68-pins. Par contre, comme HP ne sait pas faire de choses standard, l'alimentation utilise un connecteur Molex Mini-fit Jr.®©™ à 6-pin plutôt qu'un Molex 8981 (utilisé pour les disques durs).
PCI-E power connector

Pinouts
  1.  +5V
  2. GND
  3. GND
  4. +12V
  5.  GND
  6. GND
HP proliant SCSI cage power connector

ATTENTION!
Le connecteur est compatible mécaniquement avec celui utilisé pour les cartes graphiques PCI-Express, mais les pins ne sont pas les mêmes. Il y a des risques d'endommager l'alimentation ou la cage à disques.

Adaptation
Comme les connecteurs d'alimentation PCI-Express sont mécaniquement compatibles, il suffit d'y changer les fils. Pour ça, Molex fournit un outil à >20EUR, mais il est possible de démonter les cosses avec un petit tournevis plat (il faut tirer assez fort sur le câble).
Molex Mini-fit Jr extracting tool

icon Tags de l'article : , ,

Lampe Ikea Antifoni

icon 23/01/2016 - No comments

J'avais une lampe de bureau articulée (pantographe) assez pratique pour éclairer une petite pièce, par contre elle a beaucoup de défauts de conception...

  • Transformateur fragile, encombrant, bruyant et probablement peu efficace,
  • La structure (laiton/acier) sert de conducteur, et est pleine de faux contacts après quelques années (oxydation aux articulations),
  • Les articulations sont souvent grippées (oxydation, absence de graissage à cause du contact électrique),
  • La lampe a une durée de vie faible (~1 an) avec une structure pleine de faux contacts,
  • Il est possible de court-circuiter la lampe en touchant une pièce métallique avec les deux côtés de l'armature...

Après quelques dégâts, j'ai eu plusieurs corrections :
  • Remplacement du transfo par une alimentation à découpage (tension réglable de 5V à 12V et limite de courant à 3A),
  • Nettoyage des articulations à plusieurs reprises, peu efficace,
  • Démontage de la barre de guidage du spot,
  • Remplacement de la structure conductrice par un câble,
  • Remplacement de la lampe 12V/35W par une LED 1W (moins lumineuse, mais probablement plus durable),

Câblage
Ikea antifoni wiring

Le câble d'origine est réutilisé et accroché le long de la structure.


Driver de LED
simple current source for LEDs
On utilise un transistor et un montage pour générer un courant constant à travers la LED.
On peut ajuster le courant dans la LED en fonction de la résistance Rs, avec Rs = V_F / I_led . Dans mon cas, j'ai utilisé un transistor Darlington (Vbe = ~1.3V), je devrais donc utiliser 3 diodes en série pour que la tension à l'émetteur du transistor soit de Vf (~0.7V).

Et dans ce cas, j'impose un courant de 300~350mA dans la LED, soit I_led = Vf / Rs = 318mA.

cheap 300mA current source
Sur cette photo, on voit une des diodes oubliées (de ce fait, la LED est traversée par 10mA, et n'est pas très lumineuse).

J'ai rajouté une diode en série avec tout le montage pour éviter les inversions de polarité (le socket est symétrique).

Références

icon Tags de l'article : ,

Asservissement

icon 24/12/2015 - No comments

Le principe d'un asservissement est d'utiliser un capteur pour contrôler un actionneur.
Si le capteur est fiable et qu'on reste dans les limites de l'actionneur, il est possible de le contrôler précisément, même avec des perturbations (tension d'alimentation, frottements, contraintes mécaniques...).
L'asservissement d'un système ne va pas augmenter ses performances, au contraire, il faut disposer de "marge" pour qu'un asservissement soit efficace.
Global schematics servo controlled system

Ici, j'ai utilisé un moteur/réducteur d'imprimante Canon Pixma, avec un disque/encodeur optique (QEI) de 720pas/tour. (résolution de 150LPI).
Le codeur optique est branché sur les entrées d'interruption d'une carte Arduino Uno (qui permet de coder vite et mal...), et une / commande le moteur, alimenté en 12V.
servomechanism setup

Asservissement numérique
Plutôt que d'asservir avec un système analogique, on acquiert les capteurs et commande l'actionneur à intervalles fixes. Le système est en boucle ouverte entre ces instants. L'approximation d'un système discret équivalent à un système continu n'est vallable que pour une constante de temps grande devant la période d'asservissement (10ms).

Asservissement en position
ErreurPosition = ConsignePosition - MesurePosition;
Commande = PPosition*ErreurPosition;


Sur la courbe et sur la video, on peut voir qu'on donne au système la consigne de faire un déplacement, puis un déplacement en frottant sur le moteur, ensuite on force sur l'arbre du moteur immobile.

Position servo control

Avec un tel système, on a une erreur statique (0.4%), des dépassements (4.3%) et un courant énorme (400mA au démarrage, 1.2A en forçant, pour un moteur spécifié à ~250mA). Par contre le temps de réponse est très faible (320ms).

Un système PID bien réglé permet de réduire les dépassements et de réduire l'erreur statique, mais le temps de montée dépend toujours des contraintes exterieures.

Asservissement en vitesse
Comme on ne dispose pas de capteur de vitesse mais d'un capteur de position, sa dérivée va nous donner la vitesse moyenne avec un retard d'une demi-période.
EstimationVitesse = MesurePosition - AnciennePosition;
AnciennePosition = MesurePosition;
ErreurVitesse = ConsigneVitesse - EstimationVitesse;
Commande = PVitesse*ErreurVitesse;


Pour éviter les dépassements, on va commander le moteur en vitesse plutôt qu'en puissance. Un contrôleur PI permet d'avoir une erreur statique faible sur la vitesse, et donc aussi sur la position.
Position and velocity servo control
Une grande partie du déplacement s'effectue à vitesse constante. Mais le courant reste très élevé pendant l'accélération.
On a réduit l'erreur statique (0.13%), les dépassements (1.67%) et même le courant au démarrage (200mA). Par contre on a légèrement ralenti le système (400ms) et le courant est toujours trop élevé en forçant sur l'arbre (425mA).
Pour éviter d'avoir une mesure de vitesse aussi peu précise, il faudrait diminuer la fréquence de l'asservissement, ou utiliser un capteur avec une résolution plus fine.

Asservissement en couple
Ici, on ne dispose pas de dynamomètre, mais les cartes de puissance ont un retour sur le courant consommé. Comme ce signal est assez bruité (offset + bruit de commutation du moteur), il a été filtré avec un filtre passif (RC à 16Hz) et un filtre numérique à 50Hz.
Position, velocity and torque servo control
On ralentit encore le système (440ms) et on n'a pas réduit l'erreur statique et les overshots, mais le courant est contrôlé (overshoot à 145mA en début d'accélération et 240mA quand le rotor est bloqué).


Intégrateur
Les intégrateurs intègrent l'erreur. Cela veut dire que la correction augmente de plus en plus jusqu'à ce que l'erreur statique du système soit compensée. Seulement la correction varie lentement (une correction proportionnelle est quasi instantannée), ce qui rend les dépassements quasi obligatoires.
Pour éviter cela, le plus courant est d'avoir un intégrateur avec un faible gain et une période d'intégration relativement rapide (<50 fois plus lent que la boucle d'asservissement).
Le problème c'est qu'un intégrateur peut diverger et tendre vers l'infini. Une bonne pratique est de borner son entrée et sa sortie (à la manière des intégrateurs analogiques qui saturent).

Réglages
Le système se régle du plus petit en plus grand.
On commande par la boucle de courant avec une valeur fixe, en réglant ses gains et son temps d'intégration pour avoir un faible écart statique et peu de dépassements. Il faut perturber le système manuellement pour vérifier la correction. Il est utile de borner la vitesse pour contrôler un minimum le moteur.

La boucle de vitesse va directement commander la boucle de courant, et est réglée de la même façon.

En dernier, la boucle de position va commander la boucle de vitesse.

Il faut tout faire pour éviter d'avoir un système qui oscille (même si ce n'est qu'un couinement à la fréquence d'asservissement).

Tips and tricks
La seule ruse restante permet d'avoir un écart statique rapidement compensé (avec un gain assez élevé) sans risquer des instabilités.
Il suffit de réduire la valeur de saturation au voisinage de la consigne, et donc de limiter l'action de l'intégrateur.

Une technique souvent utilisée est de compenser une action externe (typiquement le poids d'un objet "monté" par un actionneur linéaire) directement dans la boucle. Même une compensation partielle suffit à "aider" l'asservissement.

Une autre méthode est de faire varier les coefficients (P, I, D, saturations) en fonction du système : montée/descente, tension des batteries, masse (pas forcément constante si on attrape des objets).

Les problèmes les plus gênants viennent de la précision des capteurs ("sauts" sur des potentiomètres), mais surtout de problèmes mécaniques (jeu dans les engrenages, courroies élastiques, frottements non-constants, glissement de courroies/roues). Le plus grand risque est d'avoir un système oscillant.

Update (07.2016) :
Graphes HTML + JS

icon Tags de l'article : ,

Cartes Moteur DC

icon 23/12/2015 - No comments

Depuis que je suis à Galiléo, on utilise couramment des moteurs à courant-continu.

Comme les besoins sont toujours à peu près les mêmes :
  • Tension : 12V à 36V
  • Courant : <3A max
  • Commande : PWM et Direction
  • Puce résistante (limite de courant, protection thermique, boitier large)

Les ponts en H LMD18200 et LMD18201 de National Semiconductors/Texas Instruments supportent tous ces points et le LMD18200 rajoute une mesure de courant.

Ce chip a été utilisé par Galiléo depuis au moins 2005 avec diverses cartes.

La dernière version avait été conçue par la Oufff'Team. Plutôt que de commander les mêmes, j'ai refait le routage en utilisant des composants en boitiers SMD 1206 ou traversants (empreintes communes). Il a aussi été possible d'avoir un routage simple face (seulement les composants facultatifs sont sur la face top).

Schéma
DC motor driver
La carte a un filtre CEM assez surdimensionné, un buffer pour le retour de courant et le schéma du LMD18200 issu de sa datasheet.
Il est possible de sous-dimensionner le filtre CEM si la carte ne risque pas de polluer les cartes environnantes et de shunter le buffer de retour de courant par R21 (voir de le supprimer si on utilise un LMD18201).

Routage
Top :
DC motor driver PCB top
Si le buffer de courant n'est pas utilisé, il est possible de se passer de la couche top en n'oubliant pas le strap entre les pattes du LMD18200.
Le plan de masse de la couche top est isolé de la masse de l'alimentation (relié par des capacités) et est à relier à la masse mécanique du montage dans lequel est utilisée cette carte.

Bottom :
DC motor driver PCB bottom
Le plan de masse est relié à l'alimentation par un filtre LC, pour éviter de transmettre le bruit du hachage à l'alimentation.

PCB assemblé :
DC motor driver PCB full
Le schéma a tous les composants possibles, mais il est possible d'adapter certains composants à l'utilisation de la carte.

Utilisation
Le connecteur Molex a le brochage suivant :
  1. GND
  2. PWM (Activation)
  3. DIR (Direction)
  4. Sense (Retour de courant)

Le signal + de l'alimentation est à câbler sur le connecteur "24V" du côté extérieur à la carte.

DC motor driver assembled

DC motor driver assembled
Sur cette carte, le polyswitch/fusible et le retour de courant ne sont pas câblés, et le filtrage de l'alimentation est réduit (~500µF, pas d'inductances ni de résistances d'ammortissement).

Références

icon Tags de l'article : , ,

Canon Pixma MX700 : Lecteur de cartes SD/CF

icon 19/10/2015 - No comments

Cette imprimante a un lecteur de cartes SD et Compact Flash sur une carte séparée (réf. QK1-3752-03, QM3-2812).

vue de la carte
vue de la carte


Identification

La carte utilise 3 puces : deux puces qui ressemblent à des régulateurs LDO, mais sans documentation vallable (marquages illisibles ou références introuvables), et le chip Genesys Logic GL819SA111 en boitier TQFP.

D'après le pinout de la puce, et un Ohmmètre, on en déduit une partie du brochage du connecteur :
  1. Vdd (3.3V)
  2. USB D-
  3. USB D+
  4. GND
  5. ?
  6. ?
  7. ?
  8. GND

En identifiant le connecteur de la carte mère de l'imprimante à l'Ohmmètre et au Voltmètre, on arrive à identifier quelques autres pins :
  1. Vdd (3.3V)
  2. USB D-
  3. USB D+
  4. GND
  5. +3.3V
  6. Pin tiré à Vdd via un pullup de 15kΩ, à forcer à GND pour activer la puce.
  7. +5V
  8. GND

Câblage

Une fois les pins identifiés au connecteur USB et sur la carte, il ne reste plus qu'a tout souder.
USB pinouts board side
USB pinouts bottom side

Comme le +3.3V n'est pas disponible sur un port USB, et que la puce accepte une tension de 2.7V à 3.6V (idem pour les cartes SD), il est possible de relier le +5V à Vdd avec 3 diodes Si en série (les 1N400x conviennent et donnent une chute de tension proche de 0.65V en charge et à vide).

câblage connecteur USB


Par contre, la carte fonctionne en USB2.0 Hi-Speed, il faut donc un câble USB relativement propre (paire torsadée 90Ω).
En pratique, un câble sale (fils volants) fonctionne seulement si les fils sont de mêmes longueur (±5%) et courts (<50mm), La qualité des soudures peut aussi poser des problèmes.


Tests
En le branchant sur un PC (Linux), on peut avoir les messages d'erreur suivants (affichables avec la commande dmesg) :

usb 1-1.1.2: new high-speed USB device number n using ehci-pci, avec n bouclant entre 0 et 127.
Cette erreur arrive lorsque le câble est trop "sale" pour communiquer en mode high-speed.

usb 1-1.1.2: device descriptor read/64, error -n
usb 1-1.1-port2: Cannot enable. Maybe the USB cable is bad?
usb 1-1.1-port2: unable to enumerate USB device

Ces erreurs arrivent typiquement lorsque les pins D+ et D- sont échangés.

usb 1-1.1.2: reset high-speed USB device number 19 using ehci-pci
Si ces resets arrivent fréquemment, il est possible que l'alimentation de la puce ne fournisse pas assez de courant ou soit mal découplée.
Ils peuvent aussi arriver si le câble USB est trop long et non-torsadé/blindé.

Si aucun message n'apparaît lorsque la carte ou même un autre périphérique USB est branché sur ce port, c'est parce que les ports sont individuellement désactivés lorsqu'ils ont généré trop d'erreurs. Il est nécessaire de recharger les modules le gérant (ehci-hcd et ehci-pci sur ma machine)

Lorsque tout est fonctionnel, le noyau doit renvoyer :
usb 1-1.1.2: new high-speed USB device number 8 using ehci-pci
usb 1-1.1.2: New USB device found, idVendor=05e3, idProduct=070e
usb 1-1.1.2: New USB device strings: Mfr=0, Product=1, SerialNumber=2
usb 1-1.1.2: Product: USB Storage
usb 1-1.1.2: SerialNumber: 000000009514
usb-storage 1-1.1.2:1.0: USB Mass Storage device detected
scsi145 : usb-storage 1-1.1.2:1.0
scsi 145:0:0:0: Direct-Access Generic STORAGE DEVICE 9514 PQ: 0 ANSI: 0
sd 145:0:0:0: Attached scsi generic sg2 type 0
sd 145:0:0:0: [sdb] 7698432 512-byte logical blocks: (3.94 GB/3.67 GiB)
sd 145:0:0:0: [sdb] Write Protect is off
sd 145:0:0:0: [sdb] Mode Sense: 37 00 00 08
sd 145:0:0:0: [sdb] No Caching mode page found
sd 145:0:0:0: [sdb] Assuming drive cache: write through
sdb: sdb1
sd 145:0:0:0: [sdb] Attached SCSI removable disk


Références/Liens

icon Tags de l'article : , , ,

EEPROM 28 et 32 pins

icon 28/09/2015 - No comments

Les EEPROMS en boitier 32 pins sont très répandues (BIOS de PC), et la plupart sont faciles à flasher (toutes les operations se font en 5V).
Par contre la plupart des cartes réseaux n'acceptent que des puces à 28 pins pour leur image PXE, et les seules puces que j'ai sont soit des PROMs OTP (impossibles à reflasher), soit nécessitent 12.5V pour être effacées/programmées.

Du coup j'ai essayé de placer une SST29EE10 (128kio, 32 pins, 5V) dans un socket vide de 28 pins.

En regardant bien tous les pins nécessaires à la lecture sont connectables directement (bus d'adresse, bus de données, !CS).
connections.

Les pins VPP peuvent aussi être laissés en l'air, !WE et !OE peuvent être laissés en l'air (ou respectivement tirés à VCC et VSS). A16 n'est pas nécessaire si on n'a pas besoin de toute la taille de l'EEPROM (beaucoup de cartes réseau limitent à 32kio ou 64kio).

Au final, on a une pile de sockets avec des fils au milieu :
wires between the two sockets
socket stack
Et l'EEPROM est capable de booter (flashée avec flashrom sur une carte-mère de PC) :
successful boot

icon Tags de l'article : , ,

Récupération de BIOS

icon 22/09/2015 - No comments

Il peut arriver à tout le monde de vouloir mettre à jour un bios, et de le rater, même si c'est de plus en plus difficile.

Ce bricolage fonctionne avec toutes les cartes mères qui utilisent des mémoires EEPROM montées sur un socket.

Il faut récupérer une puce compatible avec celle équipant la carte-mère d'origine, utilisant les mêmes pins, les mêmes tensions de service et d'écriture/effacement, et une taille supérieure ou égale.

Dans mon cas, j'utilise une carte-mère MSI MS6147 (Chipset Intel BX, slot 1), qui a une EEPROM Winbond W29C020-12 montée dans un socket DIL. La puce de remplacement est une Macronix MX29F002T trouvée sur une carte mère HS.

Pour être sûr de la compatibilité entre ces deux puces, il faut vérifier le contenu de leurs datasheets :
  • DIL/DIP-32 package
  • 5V operation : read, write, erase
  • 256k × 8bits
Les temps d'accès n'ont pas l'air de poser problème.

Sauvegarde du BIOS
Avant tout, on arrête le pc, et on utilise un tournevis plat pour enlever l'EEPROM d'origine. Il faut bien faire attention à ne pas abimer la carte mère avec le tournevis, ni plier les pattes de l'EEPROM.
Ensuite, on pose la carte mère horizontalement et on pose la puce d'EEPROM sur son socket. Une fois le pc démarré et le système d'exploitation chargé, on va sauvegarder le contenu de l'EEPROM dans un fichier.
Ensuite, on enlève la puce de son socket (sans tournevis), et on pose sa remplaçante sur le socket.
Il est ainsi possible de flasher la seconde puce d'EEPROM avec le contenu de la première, ou même avec un contenu sans rapport (un BIOS de carte SCSI ou d'une autre carte-mère, par exemple).
EEPROM chip swapping

Récupération
Il suffit de faire exactement pareil que pour la sauvegarde, en échangeant les deux puces.

Software
En utilisant Unix, flashrom permet de lire, effacer, écrire et vérifier de nombreuses mémoires avec de nombreux programmateurs, peu importe le contenu de la mémoire.
Les programmes livrés d'origine avec les cartes mères (awdflash, aflash ou amiflash) utilisent DOS et sont souvent limités à un type de BIOS/mémoire.

Modification de BIOS
Les BIOS des cartes mères sont fragmentés en plusieurs parties :
  1. Bootblock : chargeur de boot, un bios "failsafe" qui va charger le vrai bios, ou le reflasher depuis un CD en cas d'échec.
  2.  Une "table de fichiers" sommaire qui va charger les différentes parties du BIOS (compressées) en mémoire au bon moment.
  3. Le Setup : ce qui va permettre de modifier différents paramètres sauvegardés dans une SRAM.
  4. Les "Option ROM" : des drivers de cartes réseau/graphique/SCSI.
  5. Les Logos : des images bitmap en plein écran ou en plus petit.

Des outils comme awbedit, modbin, cbrom ou amibcp, pour DOS ou Windows permettent d'extraire/ajouter ou de modifier le contenu de BIOS.

Les valeurs par défaut du setup sont souvent intéressants à modifier. Il est aussi possible d'afficher certaines options cachées d'origine (parfois sans effet ou dangereuses).
S'il reste de la place libre, il est possible de rajouter des "Option ROM", ou d'enlever celles qui sont inutiles. Supprimer les logos permet de gagner facilement de la place. Il est même possible de faire fonctionner un OS minimaliste (comme DOS) directement.

Notes
Il est aussi possible d'utiliser des EPROM à UV ou OTP, ou des EEPROMs, mais avec une tension d'effacement ou d'écriture différente, tant qu'elles sont compatibles pin-à-pin. L'effacement ou l'écriture d'une EPROM ou d'une EEPROM avec une tension supérieure à celle que fournit la carte-mère sera impossible, mais sa lecture ne posera pas de problème.
Dans le cas d'une carte-mère fournissant une tension d'écriture/effacement supérieure à celle supportée par l'EEPROM, il est possible d'isoler la patte Vpp, et son effacement/écriture seront impossible, mais sans dommages.

Les cartes mères récentes utilisent des sockets PLCC, qui rendent le démontage difficile, mais il est possible de glisser une ficelle sous le socket. Les cartes mères récentes utilisent parfois des puces avec un bus parallèle 3.3V, ou série SPI ou 4bits, incompatibles entre eux.

Références/Liens

icon Tags de l'article : ,

Upgrade de mémoire graphique

icon 15/09/2015 - No comments

Sur d'anciennes cartes graphiques, la définition et la profondeur de couleur sont limitées par la quantité de mémoire :
H*V*bpp/8 : avec 1Mio de VRAM, en 256 couleurs, on ne peut afficher que du 1024*768
Avec 2Mio, on peut théoriquement arriver à 1600*1200 en 256 couleurs, ou 1024*768 en 64k couleurs.

S3 Vision 864
Mais les cartes de cette génération contenait souvent des sockets pour ajouter de la mémoire, et lorsqu'il n'y a pas de socket, il y a souvent des empreintes pour souder les puces de RAM.

Mémoire d'origine : Micron MT 4C16270DJ-7
  • Boitier : SOJ 40 pins (JEDEC)
  • Organisation : 256k x 16bits
  • Tension d'alimentation : 5V
  • Temps d'accès : 70ns

Mémoire rajoutée : Samsung/SEC KM416C256D-6
  • Boitier : SOJ 40 pins (JEDEC)
  • Organisation : 256k x 16bits
  • Tension d'alimentation : 5V
  • Temps d'accès : 60ns

Il faut vérifier que la mémoire ait le même boitier, la même organisation et la même tension d'alimentation, au risque d'un non-fonctionnement, ou d'une destruction de la ram ou de la carte graphique.

VRAM upgrade

Si la mémoire ajoutée est plus lente que la mémoire d'origine, on prend le risque d'erreurs d'écriture et de lecture (la mémoire EDO est souvent deux fois plus rapide que la mémoire Fast Page). Mais normalement les problèmes doivent arriver uniquement quand on utilise la mémoire rajoutée (il ne devrait y avoir aucun problèmes en console, dans le BIOS ou avec DOS).

1MB vs 2MB

La mémoire de ce type est difficilement trouvable en puce nues. Par contre il est possible de la dessouder depuis des cartes graphiques ou des barrettes de mémoire (SIMM 32bits à 2 ou 4 puces/barrette).

icon Tags de l'article : ,

Canon Pixma MX700 : Error U051, Error 6A80

icon 11/09/2015 - No comments

J'avais une imprimante Canon Pixma MX700 récupérée parce qu'elle affichait "Ink absorber is full" et refusait d'imprimer.

Reset
Après quelques minutes de recherches la procédure de reset arrive :
  1. Maintenir appuyé le bouton "triangle"
  2. Presser le bouton "Power" 2 à 5 secondes
  3. Relacher le bouton "triangle"

L'imprimante doit s'initialiser, effectuer des tests, puis afficher le message "service-mode". En l'arrêtant puis au démarrage suivant, l'erreur n'est plus prise en compte.

Il est possible que le "réservoir d'encre usée" soit plein, mais ce ne sont pas les quelques mL d'encre contenus dans une cartouche qui vont fuire et souiller les environs de l'imprimante.

Déblocage de la tête

Après un an, l'imprimante affichait "Error 6A80" et refusait d'imprimer. En recherchant, ce code d'erreur correspond à "Head locked", soit "chariot d'impression bloquée".
En ouvrant le capot de l'imprimante, le chariot doit normalement se centrer pour permettre de changer les cartouches, ce qui échoue. on peut essayer de tirer/pousser le chariot à la main sans succès.

Sans idée, j'ai tout démonté, puis cassé un clip/ressort servant à verrouiller la tête lorsque l'imprimante est éteinte. Le pivot du clip étant usé, il s'est mis de travers et a bloqué le chariot en position verrouillée.

Au démarrage suivant, l'imprimante effectue un test en faisant bouger le chariot, avec succès.

Après d'autres recherches, ils serait possible de débloquer temporairement ce clip en passant un bout de papier épais sous le chariot, jusqu'à ce qu'il soit débloqué.

À noter qu'il est possible de tester l'imprimante avec le capot ouvert en bloquant le capteur (A).
Cover sensor

Tête non-installée
Au remontage, l'imprimante affichait "Error U051", correspondant à "No print head installed. Cartridge Error", soit "Tête d'impression non-installée, erreur de cartouches".

J'ai essayé de nettoyer les connecteurs des têtes et des cartouches, de démonter entièrement le chariot pour le vérifier et de remettre le firmware à zéro, sans succès.

Au final, l'imprimante à été sauvagement démontée pour cannibaliser les pièces intéressantes

Liens/Sources

icon Tags de l'article : ,