Monorailcat

Sun Ultra 1 : Installation de Solaris 8

icon 21/02/2016 - Comments are closed

Ma station de travail Sun Ultra 1 n'a pas de lecteur CD ni de lecteur de disquette, mais l'utilisation du réseau est prévue pour installer un système d'exploitation.

Pour que tout fonctionne, on utilise la console série (9600bit/s, 8N1, en débranchant le clavier), mais il est possible d'utiliser le clavier et l'écran à la place.
Solaris 8 nécessite entre 300Mo et 1.3Go en installation de base (probablement bien plus une fois d'autres paquets installés). 192Mio de mémoire ne pose pas de problème à l'installeur (aucune idée du minimum).

NVRAM
Comme la NVRAM est à remplacer, il faudra configurer l'adresse MAC et quelques paramètres à chaque arrêt de l'alimentation.
01 0 mkp
80 1 mkp
08 2 mkp
0  3 mkp
20 4 mkp
c0 5 mkp
ff 6 mkp
ee 7 mkp
0 8 mkp
0 9 mkp
0 a mkp
0 b mkp
c0 c mkp
ff d mkp
ee e mkp
0 f 0 do i idprom@ xor loop f mkp
Chaque ligne règle un octet de la NVRAM (HostID : 80c0ffee , adresse MAC : 8:0:20:c0:ff:ee), et la dernière calcule le checksum des précédentes et l'écrit dans la NVRAM.

Pour les autres variables de la NVRAM, il faut les remettre par défaut avec set-defaults. Il peut être utile de désactiver le boot automatique avec setenv auto-boot? no, puis choisir le périphérique et le fichier démarré par défaut (en cas de redémarrage) setenv boot-device net (ou bien cdrom, disk), setenv boot-file kernel/unix.

Une fois la NVRAM remplie, le système doit démarrer "proprement" avec reset. Il n'y a pas de coupure d'alimentation, de ce fait la NVRAM ne perd aucune donnée.

Serveurs
Les machines Sun ont besoin de plusieurs services réseau pour démarrer :
  • rarpd, qui va assigner une adresse IP en fonction de l'adresse MAC de la station
  • tftpd, qui va fournir une image bootable à la station
  • bootparamd, qui va fournir les partages NFS à monter pour accéder au système d'installation
  • NFS, pour partager les dossiers contenant le programme d'installation la raçine d'un système Solaris
Tous ces serveurs peuvent être sur des machines distinctes et fonctionnent avec différents OS Unix.

Configuration
Avant de commencer la configuration, on a un CD de Solaris 8 monté dans le dossier /mnt/ d'une machine x86 avec Debian Linux.
Rarp
On installe le paquet rarpd, on démarre le daemon, puis on fait correspondre l'adresse MAC, le hostname et l'adresse IP de la station :
# cat "08:00:20:c0:ff:ee sunultra" >> /etc/ethers (>> ajoute à la fin du fichier)
# cat "192.168.3.123 sunultra" >> /etc/hosts

Tftpd
On installe un serveur tftp (quelconque, avec ou sans inetd), puis on note son dossier racine (/var/tftp/ dans notre cas).
On va copier l'image dans la racine :
# find /mnt/Solaris_8/Tools/ |grep inetboot
/mnt/Solaris_8/Tools/Boot/usr/platform/sun4u/lib/fs/nfs/inetboot
/mnt/Solaris_8/Tools/Boot/usr/platform/sun4us/lib/fs/nfs/inetboot
/mnt/Solaris_8/Tools/Boot/usr/platform/sun4d/lib/fs/nfs/inetboot
/mnt/Solaris_8/Tools/Boot/usr/platform/sun4m/lib/fs/nfs/inetboot

L'image de la plateforme sun4u est celle qui correspond aux machines Ultra 1 :
# cp /mnt/Solaris_8/Tools/Boot/usr/platform/sun4u/lib/fs/nfs/inetboot /var/tftp/
Une particularité des machines Sun est d'utiliser une image par adresse IP, avec une adresse ip en hexadécimal :
# printf %02X 192 168 3 123
C0A8037B

Une fois que bash nous a converti l'adresse, on va lier l'adresse IP à l'image qu'on veut booter :
# cd /var/tftp/; ln -svf inetboot C0A8037B; ln -svf inetboot C0A8037B.SUN4U
On met deux fichiers dans le doute, certaines version d'OpenBoot ajoutent le nom d'architecture à la fin du fichier.

NFS
On installe un serveur NFS (nfs-kernel-server, nfs-common et rpcbind avec Debian) et on edite le fichier /etc/exports
On crée un dossier là où on a au moins 1Go de libre (/media/stuff/local/sunultra/ dans notre cas).
On va le partager avec # exportfs 192.168.3.0/24:/media/stuff/local/sunultra/ -o rw,sync,no_subtree_check (on peut remplacer l'adresse et le cidr par * ou par une seule machine).
On peut aussi ajouter la ligne /media/stuff/local/sunultra/ 192.168.3.0/24(rw,sync,no_subtree_check) dans le fichier /etc/exports.

Bootparamd
On installe bootparamd, puis on ajoute les lignes suivantes dans le fichier /etc/bootparams :
sunultra root=192.168.3.3:/media/stuff/local/sunultra/Solaris_8/Tools/Boot \
install=192.168.3.3:/media/stuff/local/sunultra \
rootopts=:rsize=32768 boottype=:in


Copie des fichiers
On va ensuite copier les fichiers de /mnt/ vers /media/stuff/local/sunultra en conservant les permissions et les fichiers cachés.
rsync -trav /mnt /media/stuff/local/sunultra

Installation
J'ai probablement fait quelque chose d'incorrect (je serais heureux d'avoir un retour si quelqu'un trouve) qui fait échouer l'installation après le montage du partage NFS avec There were problems loading the media from /cdrom..

Bricolage
Comme je n'ai pas réussi à installer Solaris 8 par le réseau ni à booter sur un CD, j'ai séparé l'installation :
  • Boot réseau : boot net -v - install,
  • Plantage de l'installation : There were problems loading the media from /cdrom.
  • Démontage du partage NFS : umount /cdrom
  • Montage du CDROM : mount -r -F hsfs /dev/dsk/c0t1d0s0 /cdrom
  • Suite de l'installation : ttinstall

Notes
Disques non-détectés :
Modification du script d'installation /sbin/startup :
mkdir /tmp/linkmod
cp -f /usr/lib/devfsadm/linkmod/* /tmp/linkmod/
devfsadm -l /tmp/linkmod/


Installation "bloquée" :
Curseur tournant après plusieurs minutes :
On bouge le fichier gênant : mv /sbin/get_netmask /sbin/get_netmask.test

cannot open /cdrom/.cdtoc :
Des fichiers ont été oubliés dans le miroir NFS, ou le CD/partage n'est pas monté.

panic[cpu0]/thread=xxxxx: Can't invoke /etc/init, error N :
Le fichier est inexistant ou inacessible en lecture/execution, il est possible que les liens ou permissions/droits des fichiers n'aient pas été conservées pendant la copie sur le partage NFS.

Utilisation
Si le réseau ne fonctionne pas, il suffit de plusieurs étapes :
# ifconfig le0 up
# ifconfig le0 192.168.3.123
# route add default 192.168.3.1

La commande netstat -r peut donner des informatiosn sur la table de routage.

Références

icon Tags de l'article : , , , ,

Sun Ultra 1 : Hardware

icon 19/02/2016 - Comments are closed

Hardware
Cette station est le haut de gamme de 1995.
Sun Ultra 1 front
Tout est fait sur-mesure par Sun ou utilise des composants haut-de-gamme.
Beaucoup de connecteurs internes ou externes sont exotiques, mais ont été choisis avant que les PC soient répandus, et où chaque constructeur avait ses propre standards de câblage.

Configuration :
  • CPU : UltraSPARC, 64-bit, 143MHz
  • RAM : 192Mio DSIMM (4x16Mio + 2x64Mio, 2 slots libres), bus 288bits (256 + ECC), les modules s'installent par paire
  • Disque dur : Quantum 1Go 5400rpm SCSI (SCA)
  • Lecteur CDROM : Non-installé
  • Lecteur disquette : Non-installé
  • Carte Graphique : TurboGX 1Mio, 8-bit, sbus
  • Carte d'extension sbus : Réseau/SCSI (un slot sbus libre)
  • Alimentation : Monstre de 180W (au moins deux canaux complètement distincts, et une sortie 230V commandée)

Sun Ultra 1 overview
Sun Ultra 1 motherboard

Câblage
Tout est différent des PC. Par exemple, la souris est branchée au clavier, qui est branché à la carte-mère avec un connecteur mini-din à 8-pins (incompatible avec les claviers PS/2). L'écran utilise un connecteur 13W3, avec 3 coax et 10 pins dans un connecteur de la taille d'un DB-25, mais pas avec le même pinout que les écrans SGI ou NeXT.
Sun Ultra 1 back

Par chance, j'ai pu avoir un clavier avec la machine, mais je n'ai pu récupérer qu'un câble 13W3 mâle, il va donc falloir bricoler.

Ventilateur
En branchant la machine pour la première fois, on découvre que le ventilateur du processeur ne fonctionne pas, et qu'il utilise un connecteur Molex micro-fit introuvable.
Le ventilateur d'origine est un "Elina Fan" KDA1205MB8P : 50mm de diamètre, 10mm d'épaisseur, 5 pales, "middle speed", 12V, 140mA, ~5'000rpm, ~10CFM.
Pour éviter une surchauffe, il faut le remplacer par un ventilateur équivalent, un "ADDA" AD0512MB-G76 : 50mm de diamètre, 10mm d'épaisseur, 7 pales, "middle speed", 12V, 90mA, ~4'600rpm, ~10CFM.
Sun Ultra 1 fan replacement
Le connecteur et le câble se changent en quelques coups de fer à souder.

Console
Comme j'ai mis un peu de temps à faire fonctionner l'écran, j'ai vu qu'il était possible d'utiliser la machine à partir d'une console (Port A, 9600 8N1).
C'est un câble DB25, mais il n'y a que 3 fils à souder. On peut même recycler un câble DB25 mâle d'imprimante.
Ici on va le relier à un PC avec un connecteur DB9 :
|  DB25    | Signal |  DB9  |  Signal |
|----------+--------+-------+---------|
|   2      | Tx Out |   3   |  Rx In  |
|   3      | Rx In  |   2   |  Tx Out |
|   7      | GND    |   1   |  GND    |


Il faut aussi même s'assurer que les ports A et B sont configurés en mode RS-232, avec les jumpers J2104 et J2105 (Reference Manual, pages 4-1 à 4-3).
Il n'y a plus qu'à brancher à un PC avec un terminal, et on devrait voir rapidement des infos quand la machine démarre.

Affichage
Faire un adaptateur 13W3 vers VGA m'a pris du temps et plusieurs essais, simplement parce qu'il y a plusieurs standards (SGI, IBM, NeXT, Apple, Sun...), il est même possible d'avoir différents standards pour une même marque.

Pour une station Sun Ultra 1 avec une carte TurboGX :
|  13W3  |  Signal   |  VGA  |
|--------+-----------+-------|
|   1    | Serial R  |  NC   |
|   2    | V Sync    |  NC   |
|   3    | Sense 0   |  NC   |
|   4    | Sense GND |       | ---+
|   5    | C Sync    |  13   |    |
|   6    | H Sync    |  NC   |    |
|   7    | Serial W  |  NC   |    |
|   8    | Sense 1   |  NC   |    |
|   9    | Sense 2   |       | ---+
|   10   | Sync GND  |  10   |
|   A1   | Red       |  1|6  |
|   A2   | Green     |  2|7  |
|   A3   | Blue      |  3|8  |
Les pins Sense 2 et Sense GND sont reliés pour que la carte graphique se configure en mode 1152x900@76Hz (et détecte un écran).
Sun Ultra 1 13W3 to VGA DIY cable
Sur cette carte, les synchros verticales et horizontales ne sont pas supportées, il faut utiliser la synchro composite à la place (qui n'est pas supportée par beaucoup d'écrans LCD).

RTC/NVRAM
Sur les machines SUN, des paramètres propres à la machine, l'heure et l'adresse MAC de la carte réseau sont stockées dans une SRAM avec une batterie on-chip. Ça fonctionne très bien, mais la durée de vie de ces puces est de l'ordre de 15 à 20 ans. Au delà, il faudra changer la puce ou découper la puce pour changer la pile.

On commence par enlever la puce de son support (Reference Manual, page 10-10) en notant la position du détrompeur (côté CPU) :
Sun NVRAM removed

Ensuite, on va limer le boitier de la puce pour atteindre les contacts de la pile, du côté opposé au détrompeur :
grinding the Sun NVRAM
Pendant cette étape, il est pratique de placer la puce dans un étau, pour être sûr de limer horizontalement.

Une fois les contacts atteints, on peut venir y souder un support de pile CR20xx ou bien des piles AA/AAA :
modified Sun NVRAM
Il ne reste plus qu'a remettre la NVRAM dans son socket (détrompeur côté CPU).

Les horloges RTC/NVRAM DS1553 ont l'air compatibles pin-à-pin, avec les mêmes fonctionalités et les mêmes registres.

Upgrades
Le disque dur d'origine (1Go, 5400rpm) a été remplacé par un disque dur plus récent (18Go, 10krpm avec un bruit d'aspirateur), pour avoir un peu plus de place pour Solaris 8 (l'installation complète prend 1.3Go).
Un lecteur de DVD SCSI a été ajouté pour tenter de démarrer depuis un CD, mais il semble y avoir des histoires avec des secteurs de 2048 et 512 octets.


Notes
  • Il n'est pas possible d'écrire dans la console série si le clavier est branché
  • L'écran ne s'allume pas si le clavier n'est pas branché

Références

icon Tags de l'article : , , ,

Sun Blade 100

icon 21/08/2015 - Comments are closed

Hardware
Cette station de travail fait partie du "bas de gamme" de Sun en 2002.
La solution pour avoir une station de travail "cheap" était d'utiliser beaucoup de pièces de PC.
Sun Blade 100 face/back

Par rapport aux autres machines Sun, on remarque que tous les connecteurs sont "standard", avec un clavier et une souris à brancher en USB, et un écran en VGA.

Il n'y a que le CPU et la carte mère faits sur-mesure par Sun :
Sun Blade 100 motherboard

On peut voir que pas mal de capas sont à changer... Mais ça ne semble pas rendre la machine instable.
Sun Blade 100 bad caps

La RAM est de la SDRAM ECC unbuffered (commune sur certains serveurs et stations de travail de 1999 à 2003), le disque dur et le lecteur CD-ROM sont en IDE et l'alimentation est au format ATX, compatibles avec touts les PC de l'époque.

Configuration :
  • Processeur : Sun SPARC IIe 64-bit RISC - 500MHz
  • RAM : 640Mio (128 + 512Mio) SDRAM ECC Unbuffered PC-133 (2 slots libres)
  • Disque dur : Seagate ST320011A - 20Go, 7200rpm, ATA100, 2Mio cache
  • Lecteur CD-ROM
  • Lecteur de disquettes
  • Lecteur Smart-Card
  • Alimentation : Mitac X-200/P (200W)
  • Carte Mère : -03 Rev 50

Extensions :
  • Carte Riser : 3 slots PCI, 2 Canaux IDE
  • Carte Mère : 4 USB, 2 Firewire IEEE-1394, Port série RS-232 (câblage standard), VGA, Port parallèle IEEE-1284, 4 jacks audio.

Software
La bête fonctionne avec Sun Solaris 8 (SunOS 5.8), un UNIX des années 90 conçu pour les stations de travail.

Au démarrage, la machine effectue un self-test (POST), puis charge le noyau, démarre tous les services (Consoles, SSH, affichage X11). En moins d'une minute on arrive à un menu qui permet de s'identifier.
Solaris 8 login menu

En ayant créé un utilisateur, la machine utilise CDE (Common Desktop Environment), qui ressemble étrangement à XFCE et aux premières versions de KDE, qui l'ont ouvertement copié.
On peut utiliser le navigateur web Netscape, taper quelques commandes dans un terminal, mais pas grand chose de plus, puisque la machine semble avoir été "nettoyée" de tout programme autre que l'OS.
Solaris 8 CDE

On peut avoir un peu d'informations sur la machine et le système d'exploitation :
# uname -a
SunOS unknown 5.8 Generic_108528-29 sun4u sparc SUNW,Sun-Blade-100

Avec SunOS 5.8 sur un processeur sparc et une machine Sun Blade 100

# psrinfo -v
Status of virtual processor 0 as of: 08/21/15 14:13:43
on-line since 08/21/15 12:07:44.
The sparcv9 processor operates at 502 MHz,
and has a sparcv9 floating point processor.

Ce qui est un peu plus clair sur le processeur (SPARC IIe, 64-bit RISC, 256Kio de cache).

On cherche des informations sur les disques :
# swap -s
total: 25592k bytes allocated + 8648k reserved = 34240k used, 2546648k available
bash-2.03# swap -l
swapfile dev swaplo blocks free
/dev/dsk/c0t0d0s1 136,1 16 4195280 4195280


# df -k |grep dsk
/dev/dsk/c0t0d0s0 1931310 1280337 593034 69% /
/dev/dsk/c0t0d0s7 15212970 636 15060205 1% /export/home


On voit que le disque est partitionné "à la UNIX", avec une hiérarchie contrôleur ; target (SCSI ID) ; disque ; partition (slice).
On a donc 1.9Go pour la racine du système (/) et 15Gio pour les données des utilisateurs.

Pour le reste des informations, la commande qui est la plus bavarde est dmesg, qui donne les informations du système en chargeant le noyau, et les informations de chaque périphérique en chargeant leurs pilotes.

Configuration
Avec beaucoup de chance, un post-it contenant le mot-de-passe root était collé sous le capot.

Seulement, au premier boot, la souris en USB ne fonctionne pas avec X11, ni avec la console, mais ça m'a permis de découvrir que Solaris est très différent des BSD et de Linux.

Il a suffit de se connecter en SSH pour configurer la machine :
  1. Utilisation du BASH au lieu du KSH (on y gagne la complétion automatique et la mémoire des commandes précédentes)
  2. Configuration du réseau : DHCP était déjà activé, mais les serveurs DNS étaient à renseigner dans /etc/resolv.conf
  3. Ajout d'un utilisateur : commande useradd
  4. Tentative de configuration de la souris

Il a été possible d'identifier le nom du serveur graphique avec la commande
/usr/ucb/ps -auxww
Qui nous donne (entre 45 processus) les programmes dt et Openwin, situés dans /usr/dt/ et /usr/openwin, mais dont la configuration est à copier de /usr/openwin/etc/ (configuration par défaut) vers /etc/openwin/server/etc (configuration modifiée).

On remarque que la souris devrait être mappée comme /dev/mouse. En réalité, elle est avec le clavier dans /dev/usb/hid{0,5}.
On peut tenter de modifier le lien /dev/mouse pour pointer vers la souris ou de modifier le fichier /etc/openwin/server/etc/OWconfig, sans succès (soit X crash, soit la souris n'est pas fonctionnelle). C'est bêtement en essayant une autre souris qu'on arrive à un un système fonctionnel (la mollette ne fonctionne pas, mais ce n'est pas critique).

Compatibilité
Souris fonctionnelles : Logitech Premium Wheel Mouse M-BT58 (2005), Microsoft Optical Mouse Blue USB (2005)
Souris non-fonctionnelle : Microsoft Comfort Mouse 3000 (2011)

Références

icon Tags de l'article : , , , ,